• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes

Musulman, non musulman ? Le paradoxe du choix du partenaire de vie pour les femmes musulmanes

Nous accompagnons souvent des femmes musulmanes qui font un grand écart entre deux cultures et ne parviennent pas à trouver l’amour épanoui. Nous comprenons si bien cette forme de dissociation entre leurs attirances et leurs cultures et leurs besoins profonds. Après 3 ou 4 mois d’accompagnement, ces femmes trouvent l’amour en se recentrant sur leur capacité à créer un lien d’échange authentique, profond avec un homme qui a cette envie de partage et de connexion forte, sans plaquer d’idéaux culturels fantasmés. Explications.

Construction identitaire entre deux univers

La population musulmane ayant grandi en France, se voit tiraillée depuis l’enfance entre deux cultures, ou comme on dirait grossièrement, se sent « avoir le cul entre deux chaises ». Deux modes de pensées paradoxales où les limites entre le bien et le mal se confondent.

Ines, depuis son plus jeune âge a été formellement interdite de fréquenter des garçons. Alors que, dans la société dans laquelle elle baignait, il était plus que normal d’avoir des amis mixtes et d’aller trainer tous ensemble après le collège. Toutes ses copines lui racontaient leurs histoires de coeur et voulaient la présenter aux charmants copains de leurs petits-copains… Mais, Ines, confuse, partagée entre découvrir ces jeunes hommes qui semblaient si attrayants et l’injonction qui résonnait si fort depuis toujours dans sa tête (tu ne dois pas t’approcher des garçons…) s’est vue jongler entre les deux extrémités la plus grande partie de sa jeunesse.

Les grands axes qui séparent les 2 cultures

Ces deux cultures sont, opposées sur beaucoup de points et peuvent particulièrement perturber la construction de l’identité de ces jeunes en quête de repères stables.

D’une part, la religion a été le modèle de référence principal d’éducation de nos parents, ils se sont appuyés sur le coran pour dicter nos conduites et nous apprendre ce qui était bien ou mal. Et, c’est souvent sans méditer dessus que nous prenons ce que nos parents nous ont appris comme des vérités inébranlables. Mais de l’autre côté de la rive, la vie effrénée occidentale où toutes les libertés sont prônées tend à nous faire tourner la tête et à remettre en question nos croyances bien établies. La notion d’interdit de tout de ce qui est nocif pour le corps et l’esprit (alcool, drogue, sexualité hors du mariage) est très forte et se manifeste par une part très minime de liberté individuelle laissée par les parents aux enfants afin d’éviter de possibles « déviances ».

Ce paradoxe se ressent d’autant plus lors du choix du partenaire de vie. Dois-je obligatoirement me marier avec un musulman ?

Alors que pour les hommes, le Coran indique qu’il est possible de se marier avec une femme non-musulmane (cependant, elle ne doit tout de même pas être athée, soit chrétienne ou juive), pour les femmes, cette alternative n’est pas envisageable… La notion d’interdit est alors plus que jamais présente. Beate Collet et Emmanuelle Santelli dans leur publication sur le mariage halal, nous explique que leurs choix conjugaux résultent à la fois d’un processus d’individualisation et d’une conformité à l’univers normatif transmis par les parents. Le choix de leur moitié sera alors un compromis entre leurs préférences et attirances liées à leur identité et les exigences religieuses inculquées par leurs parents.

Ines, a grandi près de Paris, elle a connu majoritairement des hommes à la belle chevelure blonde et au regard océan et se trouve embêtée et oppressée par cette pression familiale qui ne cesse de lui rappeler qu’elle se fait vieille et qu’il faut au plus vite qu’elle se trouve un mari musulman. Puis, elle est depuis toujours amoureuse de Jean, mais n’a jamais osé le partager… Quant à sa famille, quelle belle boutade, prononcer rien que ce prénom pourrait soulever un tsunami… Musulman ou non musulman, le dilemme d’Inès. Mais voilà, elle est face à un dilemme : renoncer à son amour pour Jean et partir à la recherche d’un bon mari qui remplit bien les normes et exigences familiales ou assumer au grand jour sa préférence pour cet homme, certes blond, mais avec lequel elle est parvenue à nouer une belle complicité. Elle a avec lui le sentiment d’être comprise, respectée dans son individualité ; Et ce qui compte pour lui , c’est sa personnalité, et il se fiche bien de tout ce qui n’est pas elle. Il aime sa droiture, son respect d’elle-même, mais, ce qui plait le plus à Inès, c’est qu’il aime le cœur de sa personnalité et cherche vraiment, à chaque rdv à mieux la connaitre, ses moteurs, ses rêves. Il l’aide à avancer dans ses questionnements, elle peut confronter tous ses points de vue avec lui. Il est prêt pour la discussion sur tous les sujets. Il est mûr et ils s’aiment. Elle n’a encore rien fait avec elle d’un point de vue intime. Lui a envie de construire, d’avancer ; Inès est dans la tourmente car elle ne l’a jamais présenté à ses parents et a peur de le perdre. Et elle sait au fond d’elle que la vie avec lui va être compliquée car elle va devoir couper beaucoup de choses avec sa famille et sa culture

Le plus important : être en accord avec soi-même.

Une pause s’impose dans cette tourmente, il est important de se poser les bonnes questions : cette injonction de se marier avec un musulman est-elle en accord avec ce que je suis ? Est-ce fondamental pour moi que mon partenaire de vie soit musulman pratiquant ? Quelle incidence le choix d’un partenaire non musulman aura-t-il sur ma vie, ma famille ? Un partenaire non-musulman peut-il tout de même partager les mêmes valeurs que ma religion m’a transmises ? Car au final c’est là où réside la base commune qui constitue un couple solide. Si pour moi, le respect, la sagesse, la spiritualité sont des valeurs fondamentales chez la personne avec qui je compte construire mon empire et finir mes jours, puis-je les retrouver chez un homme d’une confession autre ? Et il semble bien que oui ! Ce sont des notions que l’on retrouve dans les trois religions monothéistes.

Transmission

La question de la transmission de l’héritage : nos mini-nous, on en fait quoi ? Pourrais-je laisser le choix à mes enfants de décider ou non la religion qu’ils souhaitent ? Ou, comme moi je l’ai vécu dans ma jeunesse, être musulman ne sera pas un choix. Toutes ces questions méritent une réflexion poussée, afin de pouvoir assumer et affirmer notre choix peu importe la couleur de nos choix.

Etre en accord avec son partenaire de vie : tant qu’il y a du respect, il y a de l’espoir.

La religion est une affaire personnelle. Notre foi et notre pratique ne devraient regarder que nous, et seulement nous, car c’est une communication et une communion entre soi et Dieu. Nul n’a le droit de s’en mêler et ni nous dicter comment vivre notre religion. Cependant, beaucoup de couples mixtes ont pu partager leurs peurs quant à la fusion de leurs univers dans leur future vie commune. Alors que bon nombre ont témoigné qu’ils ont surestimé l’importance des différences culturelles et que tant que la religion de l’un ne demande pas de sacrifices à l’autre, cela ne pose pas de problème. Le respect de l’autre : espoir de réussite du couple.

Et l’amour, on en parle ?

Parce que l’amour ne se contrôle pas et ne décide pas de s’implanter dans nos cœurs selon certaines normes : « Oh non mince c’est un français, je change de direction » ne se dit pas la flèche de Cupidon. Comme on dit si bien il nous TOMBE dessus. Et quand on est entouré principalement de l’altérité culturelle, il y a plus de chances (ou de risques.. :) qu’une foudre amoureuse occidentale nous assaille le coeur. Et chez Love Intelligence, on a envie de vous dire.. que vous n’y êtes pour rien ! Alors déculpabilisez-vous, et évaluez si cette union serait à même de vous épanouir VOUS avant tout à travers une vision et des valeurs de vie commune.

Voir aussi : Le couple mixte : je suis musulmane, il est athée


Votre avis, Votre situation
  • Votre e-mail n’est destiné qu’à Love Intelligence afin de vous envoyer éventuellement plus d’informations sur la problématique que vous décrivez

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé