• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes

Le Covid met de la magie dans nos rencontres, pourquoi ?

L’Observatoire Love Intelligence avance que les rencontres en période Covid sont de plus belles rencontres qu’auparavant, pourriez-vous nous expliquer ?

Quelles sont les conséquences positives du Covid sur les relations amoureuses et sexuelles ?

On observe au sein de Love Intelligence que le Covid a un impact extra ordinaire et bénéfique sur le rythme d’une nouvelle relation ; On ne se précipite plus, on respecte les étapes : j’apprends à te connaitre, je prends le temps de te poser des questions, de me livrer à toi en vérité sur la période que je traverse. Je te parle de mes moteurs, de mes doutes, mes interrogations. Ainsi, de vraies histoires d’amour naissent et on ne passe plus à côté l’un de l’autre comme c’était le cas avant Covid. Avant, il fallait aller vite. On parlait de ses atouts, on séduisait sans prendre son temps, sur le physique, ou l’intelligence. Et cela, avec le Covid, c’est fini ! On prend le temps, on se charme, on cherche à comprendre ce que vit l’autre, ce qui le touche. Comme on fait moins de rencontres qu’auparavant, on y met plus de qualité et d’écoute dans l’échange. Bilan ? Le lien établi est plus riche, ce qui est fondamental pour se laisser émouvoir par l’autre. L’amour, c’est se laisser surprendre, donc, oui, il était temps de remettre l’amour dans le bon ordre pour se donner la possibilité d’être ému par une personnalité. C’est comme cela qu’on retrouve sa capacité à aimer !

Une 1 ère relation sexuelle avec un nouvel amoureux en période de Covid…expliquez nous.

Ce qu’on observe, c’est que lorsqu’il y a un rapprochement intime en période de Covid, c’est qu’on a déjà créé des connexions émotionnelles, et pas uniquement intellectuelles ou physiques. Car une relation d’un soir nous intéresse moins qu’avant. On veut un lien qui dure, qui nous aide à traverser cette période de solitude. Ainsi, quand on couche ensemble, c’est parce qu’on s’est rendus compte qu’on avait des valeurs communes, une complicité sur au moins un ou deux sujets. Et ce n’est plus l’histoire de Tinder, de facebook ou autre, ce n’est plus l’histoire d’une simple connexion physique, mais un début d’histoire d’amour. Finalement, c’est cela la magie du Covid : les personnes, quand elles initient de nouvelles rencontres en cette période, se recentrent sur ce qui donne du sens à leur vie.

Les personnes célibataires effrayées par le Covid sont-elles nombreuses ? Qui sont-elles ?

Les personnes effrayées à l’idée même d’une rencontre en contexte de Covid sont une minorité. Surtout chez les moins de 50 ans. Les rencontres physiques ont beaucoup diminué parce qu’il fait froid et qu’il n’y a plus de bar ni de resto depuis quelques mois. Et non à cause de la peur du Covid. L’urgence pour les personnes célibataires, divorcées, est avant tout de se sentir soutenues, aimées. L’isolement en cette période de Covid et de couvre feu est trop pénible à endurer chaque soir. Les applis et réseaux sociaux avec une belle rencontre à la clé sont une porte de sortie. Ceux qui se sont rencontrés dans une bulle de plastique avec 1 mètre de rayon sont rares !

Comment les rencontres ont-elles évolué depuis le début de la crise ?

Au début de la pandémie, nombreux étaient ceux qui se souciaient de qui ils fréquentaient, c’est moins le cas désormais. Une année est presque passée, et le manque de relations sociales est devenu pesant. C’est pourquoi les gens se soucient moins d’être infectés par leurs fréquentations qu’au début de la pandémie. Avec le variant, on observe que les choses ne changent pas. Les jeunes sont plus affectés par l’isolement que bien d’autres.

Quels conseils donneriez-vous pour une rencontre amoureuse en cette période ?

L’erreur consisterait à discuter des semaines via Tinder, Happn ou les réseaux sociaux sans se connaitre dans la vraie vie. La confrontation physique permet de sortir des fantasmes et illusions.
- Choisir un endroit en plein air, par exemple près d’un resto qui propose des cafés, boissons à emporter, comme point de rdv. Puis allez marcher son verre à la main.
- Respecter les gestes sanitaires : partagez un gâteau sur un banc public (car c’est convivial) en prêtant attention à ne pas toucher la part de l’autre.
- La rencontre doit être plaisante. C’est pourquoi je vous suggère de faire d’autant plus attention au lieu que vous choisissez : il doit être encore plus beau que s’il n’y avait pas les contraintes sanitaires. Choisissez un beau parc, un jardin, le long d’une rivière, d’un fleuve. Et une activité en plein air (le vélo en 2 ème ou 3 ème rdv), etc… Les règles sanitaires ne doivent pas vous empêcher de passer un moment plaisant. Au contraire, on se rencontre mieux en ce moment, on l’observe tous les jours au sein de Love Intelligence. Ecoutez un concert en plein air, etc…

Est-il facile de faire des rencontres via les applis ?

NON et OUI. Non, c’est monstrueusement laborieux de faire de bonnes rencontres car les gens s’y prennent mal. Trop de méfiance, de volatilité (il/elle est là, puis plus là…). Pourtant, il y a plein de gens bien sur les applis, mais personne ne sait s’y prendre. C’est aussi pour cela que beaucoup de personnes nous contactent car elles ont besoin d’être guidées. Sinon, elles perdent du temps, ne tombent pas sur les bons profils, et repartent pour une période de solitude, dégoutées d’avoir ainsi perdu du temps. On leur transmet notre méthodologie pour ne pas s’y consacrer plus de 2 ou 3 mois sans avoir fait LA rencontre qui compte. Oui, on voit plein de belles rencontres en ce moment !

Quelle est la conséquence de la pandémie sur la sexualité des français ?

1/ En empêchant les déplacements pendant de nombreux mois, elle a séparé de très jeunes couples qui n’ont pas confiné ensemble. La plupart du temps, le lien n’a pas résisté. Il n’a pas résisté, parfois, à la sortie du confinement car les retrouvailles avec les différences de besoins physiques ne se sont pas bien passées.

2/ D’autres très jeunes couples se sont confinés ensemble et de belles relations en sont parfois nées.

3/ la consommation de relation sexfriend a fortement chutée pendant le confinement. Pourquoi ? Car on aspire à des relations plus complètes, avec du soutien et des sentiments. A part chez les très jeunes adultes.

4/ Les couples installés ne font pas plus ou moins l’amour en période de Covid (car le travail reste très présent). Ça ne change pas grand-chose. Les relations de qualité se sont enrichies grâce à plus de temps passé ensemble. Les relations pauvres sont restées pauvres.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Votre avis, Votre situation
  • Votre e-mail n’est destiné qu’à Love Intelligence afin de vous envoyer éventuellement plus d’informations sur la problématique que vous décrivez

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé