• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes

JPEG - 2.1 ko
L’auto-érotisme : un substitut régressif ?

L’auto-érotisme, plus fréquemment nommé la masturbation est une des pratiques sexuelles qui a toujours existée et qu’on a toujours voulu cacher. Aujourd’hui, elle est mieux tolérée et elle est même davantage considérée protectrice que dangereuse. Love intelligence vous explique en quoi elle peut limiter le véritable rapport à l’autre mais aussi en quoi elle est primordiale dans le rôle qu’elle entretient avec les fantasmes.

Dès lors, il ne s’agit plus d’un simple refus d’une sexualité commune mais d’une véritable pathologie de l’attraction conjugale. Ce que nous voulons dire par là c’est que préférer la masturbation à avoir un rapport sexuel complet avec son (sa) partenaire est révélatrice d’une relation défaillante avec l’autre. Il convient de s’interroger sur son rapport à l’autre : est-ce par peur ? par dégoût ? par absence de désir qu’on refuse la sexualité avec l’autre ?

Toutefois, la masturbation, savamment dosée, est source d’enrichissement de la sexualité du couple. Elle est un excellent préliminaire ou une alternative au rapport complet. Elle est constructrice dans le sens où elle permet de laisser s’épanouir son imaginaire, déployer des scénarios fantasmatiques et ainsi entretenir le désir.

Elle permet de vous donner envie d’avoir envie et ainsi relancer votre sexualité en douceur :

http://www.love-intelligence.fr/Baisse-de-desir-des-femmes-les-solutions-pour-avoir-envie-d-avoir-envie.html

Lire la suite de l’article
 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé