• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes

Handicap ? Trouver l’amour, les clés du succès.

Une vie amoureuse et sexuelle constitue un facteur d’épanouissement pour tout individu. Aujourd’hui nous nous intéressons aux relations amoureuses dans le contexte d’un handicap moteur.

love Intelligence 1 commentaires

Le couple

Les enjeux de la vie affective et mentale ne sont pas les mêmes selon la nature du handicap. Il existe cependant un dénominateur commun : la réaction de l’entourage, teintée de leur gêne et de leur peur. En effet dans un couple personne valide/personne non-valide, chaque partenaire entend son lot de « recommandations » de la part de leurs amis et famille. « Ça doit être difficile », « tu es sûre qu’il/elle t’aime ? », « comment vas-tu fais faire quand il/elle partira ? », « tu es courageux (se), moi je ne pourrai pas ! ». Si une relation valide-valide connait sa part d’embuches, avoir une relation amoureuse avec une personne handicapée motrice ou en étant soi-même handicapé moteur a également les siennes. Voici quelques éclairages Love Intelligence pour gérer ces problématiques et ne pas passer à côté de belles histoires.

Le handicap n’est pas une identité

D’ abord il est important de souligner que vous êtes une personne à part entière avec tout ce qui la compose. Il ne s’agit pas de nier votre handicap mais d’intégrer qu’il fait partie de vous, et qu’il vous a permis de développer certaines aptitudes, sensibilité, compétences, ouverture que vous n’auriez peut être pas développées de la même manière ; Ce handicap ne vous définit pas même si l’on sait que, si ce handicap fait suite à un accident, cette notion peut prendre un peu de temps à intégrer. Soyez bienveillant avec vous-même et prenez le temps dont vous avez besoin pour identifier la merveille qui est en vous.

Faire des rencontres, trouver la bonne séduction, initier le bon échange

Dans un premier temps nous vous recommandons d’entamer le processus de découverte de l’autre sans citer votre handicap. Comme nous le disions ci-dessus, il est important que cela ne vous définisse pas. Dans toute relation amoureuse c’est la connexion émotionnelle qui permet au sentiment amoureux de se développer. Et pour créer cette connexion, toucher l’autre et être touché intimement est le préalable pour aller au-delà des attirances physiques et intellectuelles pour tout individu. Ainsi, il est nécessaire de connaitre quels sont les axes fondateurs de votre personnalité, ce qui vous anime, vous touche, vous révolte. Ce que vous adorez, ce qui vous rend joyeux, triste. En étant en vérité avec l’autre, vous aurez l’opportunité de commencer une histoire sur une résonnance entre vos deux personnalités.

Si vous souhaitez être accompagné dans cette démarche, l’étape trois de la méthode Florence est faite pour vous !

Une fois que vous sentez qu’un lien intéressant commence à se nouer,, n’hésitez pas à parler avec une grande sincérité de votre handicap car celui-ci recèle ses forces aussi : ce que vous en faites…de ce handicap, ce qu’il vous a apporté, ce qui vous révolte encore, le regard qu’il vous amène à poser sur telles sou telles personnes.

1re rencontre - Quand parler de son handicap ? 1/ Si mon handicap n’est pas visible, 80% des handicaps ne se voient pas. Alors, quand faut-il en parler ? Avant, pendant ou juste après le premier rendez-vous ?

Si votre handicap ne se voit pas, notre conseil est d’attendre qu’une connexion émotionnelle se créé, qu’elle vous semble vraie, perceptible, partagée.. Cela nécessite un 1er rdv. Si par écrit vous avez senti que vous étiez connectés, faites selon votre intuition, la part de vérité échangée entre vous vous donnera peut-être envie de vous dévoiler très tôt sur votre sujet de handicap. Il s’agit vraiment de trouver l’équilibre entre l’acceptation de cette part de vous, sans la cacher, sans la laisser vous définir.

Si mon handicap est visible, comment s’y prendre à l’écrit, avant le 1er rdv, après

Vous avez la part que nous accordons au sein de Love Intelligence sur la connexion émotionnelle entre deux individus qui est si forte qu’elle peut renverser les obstacles, les montagnes, et vous faire communiquer à travers les étoiles. Alors imaginons que vous ne vous connaissez pas et que vous discutiez, chattez…cherchez à établir cette connexion, cette forme de pureté dans un échange vrai, en évoquant tout ce qui vous touche, vous anime etc (cf l’étape 3 de la Méthode Florence) et confiez-vous sur votre handicap si vous sentez que l’autre est ouvert, dans l’accueil, la surprise de vos échanges. Car il n’y a pas de règles, certaines personnes pourront en effet se fermer au principe du handicap, mais, parce qu’elles ont créé cette connexion par écrit, sauront par se LAISSER SURPRENDRE par cette complicité et accepterons ce handicap.

Comment gérer les mauvaises réactions ?

Car évidemment, il y en a. C’est pourquoi il ne faut pas qu’une personne qui n’est pas prête à accepter un handicap vous déçoive et vous amène alors à vous refermer. C’est une erreur tellement fréquente de se replier sur soi et de penser que tout le monde réagit de la même manière

Même si le sujet se démocratise, il est possible que la personne avec qui vous échangez soit complètement bloquée par votre handicap. Le rapport de certaines personnes au handicap peut être trop résistant. Dans ce contexte il est difficile de créer une connexion car cette dernière implique un certain lâcher prise. Pour éviter de dépenser de l’énergie auprès de personnes qui n’ont pas de vision du monde compatible avec les vôtre vous pouvez suivre l’étape 2 : qui peut me rendre heureux(se) de la méthode Florence.

Comment échanger sur le sujet pour créer une belle connexion à l’autre ?

Il est possible que le sujet de votre handicap gêne votre partenaire. Il est vrai que même si les associations se mobilisent pour qu’il y ait plus de visibilité et que le handicap soit un sujet (avec la série « Vestiaire » sur le handisport par exemple), cela reste encore un peu tabou dans notre société et nous sommes peu amenés à élaborer, à penser le handicap. Il est donc nécessaire d’en parler afin de dédramatiser la situation. S’il y a une réticence de l’un ou de l’autre au sujet de ce handicap, vous pouvez travailler en thérapies brèves sur les sujets d’exposition et de désensibilisation.

Comment se parler en vérité, sur le handicap et le reste ?

Si vous êtes dans la situation où vous êtes la personne valide, n’hésitez pas à communiquer vos craintes, vos désirs et vos besoins sur le sujet. Comme dans tout couple, la communication est fondamentale pour construire ensemble.

Dans tous les cas, nous vous proposons : d’échanger en vérité sur le handicap de votre partenaire/de votre handicap en osant poser toutes les questions qui vous viennent, de regarder franchement l’autre dans les yeux et de prendre la mesure du handicap pour s’habituer, à adopter une vision globale de la personne et non réduite à la différence entre handicap/non handicap.

En faire un tabou, faire comme si le handicap n’existait pas ne serait rendre service ni à votre relation ni à vous-même.

De nombreux partenaires valides, en couple avec des personnes handicapées témoignent du fait qu’ils ne font même plus attention à la chaise roulante, à la prothèse etc. tellement cela fait partie de la personne qu’ils/elles aiment.

Sexualité et handicap

Nous sommes des personnes sexuées, sexuelles et désirantes. Selon la nature du handicap il peut y avoir une autre sexualité à développer. Aujourd’hui il existe un certain nombre de possibilités médicales pour vous accompagner dans cette découverte, n’hésitez pas à vous tourner vers des professionnels de santé.

Nous vous invitons à vous demander ce qu’est pour vous en tant que couple une sexualité satisfaisante ? Encore une fois la communication est la clé de voute d’une relation épanouie. De plus en plus de mouvements « sex positifs » mettent en lumière que la sexualité n’est pas forcément génitale, et n’implique pas automatiquement une pénétration. Il y a tellement de possibilités que nous ne voyons pas forcément, enfermés que nous sommes dans une vision traditionnelle du rapport sexuel. Soyez créatifs et sensoriels.

Le sujet du handicap est de plus en plus abordé dans la société, de nouvelles lois ont été votées afin de lutter contre les discriminations (accessibilité, emploi etc.). Il n’y a donc rien qui justifierait une discrimination amoureuse même si l’on sait que la réalité peut être autre.

Trouver l’amour avec son handicap, la clé du succès

La clé du succès en amour reste l’action pour favoriser des opportunités d’échanges, de connexions vraies, et ce n’est quelques personnes décevantes, tout d’un coup silencieuses, qui doivent vous amener à penser qu’il n’y a pas une merveille, pour vous, dans ce lot. Accepter la part de sueur nécessaire pour établir ces échanges, créer ces connexions, jusqu’à la bonne rencontre.

Si vous souhaitez êtres accompagner dans cette démarche de connexion nos services méthode Florence (pour les célibataires) et Fantastic Couple (pour les couples) sont fait pour vous.

La clé pour faire grandir la relation

Ne pas laisser le handicap prendre le pas sur la relation entre deux individus passe également par le fait de garder un équilibre des tâches et des responsabilités lorsque vous construisez votre vie de couple et votre quotidien. Se poser dans un schéma de dépendance (financière, physique, affective) sera tout aussi néfaste à votre relation que dans n’importe quelle autre, tout ne doit pas reposer sur le conjoint valide. Pour maintenir un équilibre dans le couple, il est important que le conjoint valide ne soit pas à la fois infirmier, médecin et conjoint. Ce triple statut l’amènerait à trop s’oublier soi.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Votre avis, Votre situation
  • Votre e-mail n’est destiné qu’à Love Intelligence afin de vous envoyer éventuellement plus d’informations sur la problématique que vous décrivez

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avis des internautes sur cet article :

  1. Claire

    re re bonjour,……..

    je viens de trouver le « spécial handicap »…. du coup je venais de vous envoyer un peu de moi…sur le truc « normal »……… vraiment désolée, en plus mon handicap je vie avec depuis 50 ans….mais il n’a été détecté que depuis quelques années après une chute en glissant dans l’escalier que je venais de laver………et oui…j’ai donc su le cacher pendant longtemps, mais aujourd’hui je ne peux plus, et ai besoin pour préserver ma vie normale, avec mon fils chéri, d’aide d’auxiliaire de vie plusieurs heures par semaine (d’ailleurs elle est en courses pour nous actuellement ).

    Bon, je regrette de n’avoir pas trouvé tout de suite.. ni cherché ..c’est vrai aussi. mais ce n’est pas évident pour moi…de me reconnaître « handicapée ».

    J’avoue depuis mon bonheur d’avoir été enceinte et de tout faire pour que tout se passe bien pour notre mini mais Famille tout de même plus Chats..* bref, je n’ai pas encore été avec un homme….depuis que je me sais handicapée (même si je m’en doutais bien vu ma sensibilité et mes particularités entre autre mon besoin de pauses bien souvent et de calme) . Alors je ne sais si je dois tout vous re formuler….? en très court, j’ai 50 ans ai un fils chéri de 14 ans presque… et 4 Chats et malgré mon handicap découvert depuis peu, et qui fait que je dois faire très très attention tout le temps parce qu’il peut me faire disparaître de ce joli petit Monde en un rien de temps…et bien …je souhaite de toute mes petites forces être avec un homme que j’Aime et qui m’Aime aussi ……même si cela me semble un peu dingue..*-*.

    Voilà, mille excuses pour les 2 erreurs ………..je crois que je suis la reine des gaffffs. j’ose espérer à bientôt tout de même ****

 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé