• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes
  • Lovthèque
    + DE 1000 ARTICLES,
    GUIDES, vidéos, CAS résolus, tests
  • COACHING AMOUREUX
  • Je découvre la Méthode et reçois le détail par mail
    8 célibataires/10 débutent une relation sérieuse dans les 3 mois
  • JE SAUVE MON COUPLE
    LE TRANSFORME AVEC LE PROGRAMME
    FANTASTIC COUPLE
    Je découvre les 5 stades du couple à franchir pour s’épanouir et reçois le détail par mail

Notre enfance influence nos relations et la recherche de notre partenaire

« Je ne supporte pas qu’il soit sévère avec les enfants, mais le fait qu’il passe beaucoup de temps avec ses amis ne me dérange pas. C’est marrant, car dans le couple de ma meilleure amie, c’est exactement le contraire. » Pourquoi sommes-nous énervés sur certains sujets et très détendus sur d’autres ? Pour comprendre cela, il faut remonter jusque dans notre enfance. Car nos colères, nos crises, notre caractère, sont forgés depuis notre enfance et sont profondément ancrés dans notre cerveau.

Raconte-moi ton enfance, je te dirais qui tu es

Nos besoins

Lorsque nous sommes enfants, nous passons par plusieurs stades de développement. Les réactions de nos parents face à nos besoins changeants ont considérablement joué un rôle dans notre équilibre émotionnel. Tous sans exception, nous avons eu dans notre enfance des besoins inassouvis ou du moins l’angoisse qu’ils ne soient pas assouvis. Ces besoins nous suivent jusqu’à l’âge adulte et s’ancrent profondément en nous. Nous éprouvons alors inconsciemment le désir d’être soigné, d’être protégé pour pouvoir avancer sans encombres vers la maturité. C’est là où le couple joue un rôle crucial. Par exemple, si, lorsque nous étions tristes et que nous cherchions du réconfort dans les bras de nos parents, ceux-ci nous repoussaient « Oust ! Je suis occupé ! » ou « Arrête d’être toujours dans mes jambes » alors nous devenons dépendants à l’âge adulte en vivant dans la peur d’être abandonné, nous cherchons quelqu’un qui soit très affectif. A l’inverse, si nos parents étaient trop protecteurs avec nous et que nous nous sommes bien émancipés, nous cherchons la liberté, nous aimons être tranquilles ou isolés.

Notre socialisation

Il s’agit des messages que nous avons reçus de la part de nos parents, nos frères et sœurs, notre nourrice… et de la société elle-même, des messages qui nous disent comment nous comporter, que faire et qui devenir. Ces messages, nous les enregistrons dans notre mémoire et ils définissent ce que nous devenons, notre caractère. Par exemple, si lorsque nous étions enfant nos parents nous répétaient sans cesse « tu n’es pas intelligente comme ton frère » ou « tu auras besoin de trouver un homme intelligent sinon tu ne t’en sortiras pas toute seule » alors à l’âge adulte, (en fonction de la manière dont on s’est affranchi de nos transmissions), nous pouvons devenir une personne peu sûre d’elle, peu apte à penser clairement ou logiquement, anxieuse. De plus, si la société diffusait l’idée que les petites filles deviendraient des femmes belles, gentilles, soumises et jamais aussi brillantes que leur mari, alors le message, ajouté à celui de nos parents, s’amplifie en nous.

Notre corps

Dès notre plus jeune âge, nous sommes conditionnés : on nous apprend à nous habiller en fille ou en garçon, à ne pas montrer ni toucher nos parties génitales. Les enfants ne doivent pas être nus quand il fait chaud ou lorsqu’ils sont à la plage. Il faut rester naturel. Ou il faut en faire beaucoup pour plaire à un homme. De nombreux interdits et moult croyances nous ont été imposés et transmis sur notre sexualité quand nous étions enfant et cela se ressent à l’âge adulte.

Nos émotions

Nos sentiments sont également contrôlés : certains comme la joie sont permis et même encouragés et félicités mais d’autres comme la colère sont réprimées car déplaisants. Certains de nos sentiments et pensées, tout comme nos sensations sexuelles, considérés comme antisociaux nous ont été interdits et cela nous a créé un sentiment de frustration plus ou moins fort selon la manière dont on a été élevé. Il existe de nombreuses manières de réprimer un enfant. Nous pouvons lui donner des directives : « Ne te touche pas là », « Les garçons ne pleurent pas », « Je ne veux plus jamais t’entendre dire ça », « Non chez nous ça ne se fait pas ». Et il existe tout autant de manière pour récompenser un bon comportement (ou au contraire fermer les yeux).

Tous ces conditionnements nous amènent, dans le couple, à vivre de manière « relax » sur certains sujets, et, au contraire, de manière « crispante » sur d’autres. Comprendre ce qui se joue dans nos tensions, absences, silences, repli sur soi, dans le cadre de la relation est tellement fondamental pour une vie de couple épanouie, que nous abordons ce sujet régulièrement dans ce programme. L’objectif de cette Lovers’ Drive ? Faire un petit pas de plus pour faire sauter (ou assouplir) un conditionnement qui gâche parfois un peu la qualité de la relation.

Lire la suite de l’article :

  1. Raconte-moi ton enfance, je te dirais qui tu es
  2. Dans les profondeurs de notre inconscience : nos différents « moi »
  3. La complexité de notre cerveau
  4. Le choix de notre partenaire n’est pas un hasard
  5. Non, mon partenaire ne ressemble pas à mes parents !
  6. L’imago
  7. L’imago : on prend le négatif de nos parents ?
  8. Tomber amoureux d’une personne dépend du degré auquel cette personne se superpose à notre imago
  9. Devenir conscient(e) et mieux gérer sa relation


Votre avis, Votre situation
  • Votre e-mail n’est destiné qu’à Love Intelligence afin de vous envoyer éventuellement plus d’informations sur la problématique que vous décrivez

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé