• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes
  • Lovthèque
    + DE 1000 ARTICLES,
    GUIDES, vidéos, CAS résolus, tests
  • COACHING AMOUREUX
  • Je découvre la Méthode et reçois le détail par mail
    8 célibataires/10 débutent une relation sérieuse dans les 3 mois
  • JE SAUVE MON COUPLE
    LE TRANSFORME AVEC LE PROGRAMME
    FANTASTIC COUPLE
    Je découvre les 5 stades du couple à franchir pour s’épanouir et reçois le détail par mail

Devenir plus complet grâce à ce qui m’agace chez l’autre - L’histoire de la Tortue et la Tempête de grêle

L’autre, celui avec lequel on s’engage sur un chemin commun, nous permet de compléter notre Moi intérieur, de le solidifier. C’est tout le cœur de notre approche. Nous avons bâti pendant des années un programme « pour un couple épanoui » pour en expliquer les fondements. Mais aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de l’orage et de la tortue. Cette histoire est là pour nous aider à prendre conscience du fait que l’on recherche inconsciemment un partenaire permettant de Retrouver notre Moi intérieur. Celui même qui n’a pas eu l’occasion d’être développé quand on était enfant. Et cette relation va alors nous permettre de grandir, (et de nous guérir de « manquements d’enfance » à travers l’autre).

Cette histoire est inspirée d’Harville Hendrix qui fonde en 1988 une méthode destinée aux couples désormais connue sous le nom de « Méthode Imago ». Elle met en exergue la façon dont les êtres humains tendent à chercher et trouver chez leur partenaire un mode de fonctionnement, de réaction en lien avec des blessures développées dans les stades du développement de leur enfance.

L’histoire d’amour de la tortue et la tempête de grêle

Il était une fois une tortue et une tempête de grêle qui tombèrent amoureuses. Bien qu’elles eurent conscience d’être extrêmement différentes, elles réussirent à s’aimer et à s’aider mutuellement. Lorsque des différents naissaient dans leur histoire, il y avait une grande probabilité que la tortue se retire dans sa carapace, son refuge et que la tempête de grêle déchaîne au contraire ses foudres. Peu importe celle qui lançait les hostilités, l’autre se réfugiait dans son mécanisme de défense naturel, l’impulsivité et l’attaque pour l’une, le repli et la fuite pour l’autre. Des rôles stéréotypés vers lesquels chacune allait naturellement en cas de conflits. L’une et l’autre finirent par se reprocher l’incompatibilité au sein de leur relation. La tempête de grêle disait : « Si la tortue ne fuyait pas constamment dans sa carapace, je ne serais pas obligée d’exploser ». Cette dernière renchérissant : « Si la tempête de grêle était moins impulsive, je n’aurais pas à me replier ». Leur histoire semblait condamnée. Jusqu’à ce qu’un sorcier, sage et avisé, apparaisse et leur explique ceci : « Tortue, si la tempête de grêle est dans ta vie, c’est pour t’aider à sortir de ta carapace, à arrêter de te replier et de fuir la réalité. Et tempête de grêle, la tortue est dans ta vie pour t’apprendre à contenir ton déluge. Vous vous êtes trouvées pour une raison ».

J’explose, tu te renfermes

Lorsque le stress, les souffrances induites par la vie ou les angoisses s’immiscent dans la vie de couple, deux façons de réagir s’imposent globalement. Deux profils types de personnes apparaissent alors, l’un entrant souvent en confrontation avec l’autre. On fait référence à cette lutte entre « tempête de grêle » et « tortue ». Cette jolie métaphore, permettra à la plupart d’entre nous de se reconnaître dans l’un ou l’autre des profils. Lorsque notre corps, notre cerveau perçoit le danger, fait face à la souffrance, il n’est pas question de se demander de quelle façon il sera adéquat de réagir. Des mécanismes de défense ancestraux et inconscients se mettent en place instinctivement et engendrent des réactions spécifiques chez chaque partenaire. Certains exploseront, répandront leur énergie avec impulsivité pour répondre au facteur stress. Ils sont les tempêtes de grêle. D’autres, se mureront dans le silence, prendront la fuite en se réfugiant dans le déni, le mutisme. Ils sont les tortues.

Les tortues attirent généralement les tempêtes de grêle. Et c’est normal. Mais lorsque les disputes échappent au contrôle de chacun, la relation de couple frôle ses propres limites et implose.

Alors le sorcier leur dit… (ou comment tirer sa force de l’antagonisme)

Revenons à notre jolie métaphore de l’Amour.

Une fois que le sorcier eu fait prendre conscience à la tortue et à la tempête de grêle de ce que la vie leur avait offert mutuellement en les plaçant sur le même chemin, il leur expliqua comment procéder pour que cette lutte des pouvoirs n’entache pas leur amour. Il leur tint ce discours : « Chacune d’entre vous est convaincu que si l’autre change la première, tout le reste se résoudra. Et dans ce cas vous pensez avoir ce choix : soit l’une d’entre vous change pour l’autre, soit aucune de vous deux ne change. »

La tempête de grêle et la tortue s’insurgèrent considérant qu’aucune d’elles n’avaient à changer la première pour l’autre.

« Ce n’est pas soit l’une, soit l’autre. » continua alors le sorcier. « Commencez toutes les deux, ensemble. Tortue, trouve des occasions de t’ouvrir à la tempête de grêle, elle n’aura plus besoin de répandre son déluge pour attirer ton attention. Ne t’enferme plus dans ta carapace pour fuir la réalité. Tempête de grêle, retient ton déluge pour que la tortue se sente bien hors de son refuge et qu’elle s’ouvre à toi. Vous bénéficierez toutes les deux de la transformation de l’autre pour votre propre transformation. Tortue, tu ne changes pas pour la tempête de grêle, tu changes pour toi, pour ton propre bonheur. Tempête de grêle, tu ne changes pas pour la tortue, tu changes pour affronter le monde avec plus de sérénité en t’aidant de la tortue. »

L’autre est le miroir de ce que l’on n’est pas

L’imago incarne une forme d’idéal de l’autre, du partenaire recherché, que l’inconscient a façonné lors de notre enfance et par le rôle qu’ont tenu nos parents. Ainsi, au cœur de nos relations de couple, se rejouent blessures et appréhensions du passé.

Il est humain, bien qu’inconscient, de choisir un partenaire qui aura été atteint, blessé au même stade que soi, et d’y chercher surtout une force, un remède à nos propres blessures. Cet autre qui aura su se forger des mécanismes de défense opposés à ceux que l’on aura été en mesure de se créer. L’autre se fait finalement miroir de notre passé et miroir de ce que nous ne sommes pas.

On cherche ainsi à compléter la partie de soi fragilisée par les blessures de l’enfance par l’intermédiaire de cet autre. Et c’est dans ce contexte que se développent deux stratégies défensives opposées chez l’un et l’autre partenaire. On parle alors de « tempête de grêle » et de « tortue ».

Chacun d’entre vous, ensemble, commencez par commencer à changer. Pour vous, mais avec l’autre.

Les tortues, des isolateurs qui s’ignorent

Certaines personnes ont un besoin d’espace vital, d’indépendance, de liberté dont les fondements prennent racine dans la petite enfance. Ces « tortues », celles que l’on a définit précédemment comme des individus réservés et renfermés face aux conflits du quotidien se sont souvent vues confronter, étant enfant, à des parents surprotecteurs qui leur ont transmis un sentiment d’insécurité face au monde. En grandissant et en fondant à leur tour une vie de couple, ces individus prennent vraisemblablement le rôle type de tortue par réaction à cette forme de trop grande fusion, proximité avec les géniteurs. La peur inconsciente d’être « englouti » par l’autre dans une relation de couple devient alors omniprésente.

Les tempêtes de grêle, des fusionnels qui s’ignorent

A l’inverse, certaines personnes ont grandi avec des parents de « type » opposé qui prônaient l’autonomie et l’indépendance de l’enfant, celui-ci pouvant souffrir d’un sentiment d’abandon, de manque affectif inconscient. Ces tempêtes de grêle entretiennent alors dans leur relation de couple, par réaction à ces blessures passées, un besoin d’intimité et de fusion très fort voire insatiable. Les individus de type tempête de grêle ont un besoin d’attention, de proximité opposé à celui des tortues et adoptent inconsciemment un comportement de dépendance vis-à-vis de l’autre pour combler ce manque affectif hérité de la petite enfance.

Alors à quel type de personnalité appartenez-vous ? Faites le test


Votre avis, Votre situation
  • Votre e-mail n’est destiné qu’à Love Intelligence afin de vous envoyer éventuellement plus d’informations sur la problématique que vous décrivez

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé