Quel est notre métier ?

Notre métier s’appuie sur la compréhension des mécanismes de l’amour : l’accueil, la réceptivité, la sensibilité, l’ouverture, l’écoute, le dialogue et la maturité affective.

Il s’attache donc à :

1. mettre un individu dans cette disposition d’ouverture et d’accueil de l’autre et de sa différence : celle qui prépare à recevoir l’amour.

2. transférer des clés de compréhension pour gagner en maturité affective.

 

Cette disposition d’accueil et d’ouverture, tout le monde la possède…

Elle est enfouie en nous tous, nous laissant souvent recouvrir par le contrôle de nous-même, la peur, notamment des différences, l’illusion qu’on peut connaitre une personne en quelques minutes. Or, cette disposition d’accueil et d’ouverture à l’autre peut très vite se raviver à certaines périodes de notre vie. Et le coaching amoureux œuvre à ce que les conditions soient réunies pour la favoriser.

Un des ressorts du « coaching en relations amoureuses » selon Love Intelligence est de mettre en confiance un individu sur sa capacité à s’ouvrir à l’amour et à créer la réciprocité amoureuse.

Pour cela, le coach aide son client à se détacher des croyances amoureuses freinantes et l’amène à prendre conscience qu’il est apte à s’ouvrir à l’amour et à être aimé (et savoir bien aimer prend au moins toute une vie).

Au contraire d’une idée souvent véhiculée, le manque de confiance en soi n’est pas un frein à notre aptitude à trouver l’amour et à construire une relation (sinon, il y aurait peu de bébés sur terre). Le coach a pour objectif d’éteindre cette croyance erronée selon laquelle seule la confiance en soi permet d’atteindre l’amour, de le trouver, de s’y épanouir.

Les 5 ressorts du Love Coaching

  • Transmission de connaissance des clés des logiques amoureuses

Le processus amoureux et celui de la relation sont décryptés par le coach, qui transmet à son client les clés du mécanisme de l’amour.

Le lien amoureux est appréhendé comme une véritable Science Humaine, comme c’est le cas dans de nombreux pays. Par exemple, le professeur Arthur ARON, de l’Université de Stony Brook aux Etats-Unis, dirige un centre de recherche sur le lien amoureux. Ses travaux de recherches sont mondialement connus et nous travaillons de concert avec lui comme avec de nombreux grands experts.

L’amour est un état émotionnel, donc cette magie de l’amour ne peut « opérer », se développer et être entretenue que si un individu révèle sa part sensible et enjoint l’autre à faire de même.

Le réflexe dans notre société, lors de rencontres ou d’un début de relation, est de dévoiler à l’autre nos forces, nos atouts, mais cette attitude ne favorise pas l’ouverture d’un canal émotionnel. Elle ne constitue qu’un simple échange intellectuel.

Le premier travail du professionnel est donc d’éclairer le coaché sur ce mécanisme afin qu’il prenne conscience de la nécessité de fonctionner autrement : de s’ouvrir à l’autre avec sensibilité afin de réunir les conditions de circulation des émotions.

  • Identification des ressources sensibles

Le deuxième travail du coach en relations amoureuses selon Love Intelligence consiste à mettre le doigt, non sur les forces ou atouts de celui qu’il accompagne, mais au contraire sur sa partie « immergée » de l’iceberg, celle qui recèle ses doutes, ses questionnements, sa sensibilité, son regard propre sur des situations qui l’ont marquées, ses moteurs de vie, ses choix de vie. Car nous contrôlons trop notre image, et nous ne révélons jamais assez cette matière sensible qui est, précisément, celle qui peut provoquer une émotion.

Que la personne soit en rendez-vous galant ou en couple, le processus de se connecter à l’autre sur le plan émotionnel, ce qui enjoint l’autre à faire de même, provoque les mêmes effets : l’ouverture d’un canal émotionnel qui fait tomber les barrières de nos différences intellectuelles, sociales, physiques ou comportementales. Et l’amour naît ou renaît.

Le coach a donc pour mission de reconnecter un individu à cette poupée russe qu’il a en lui, celle qui est authentique, pleine, qui veut grandir et recevoir de l’amour.

Le coach aide l’individu à se débarrasser des mécanismes de contrôle qui tuent la relation dans l’œuf. Le coach incite l’individu, dans le dialogue avec un autre (ou sa moitié), à se reconnecter à cette part très brute et vraie de lui-même.

  • Apprendre à connaitre l’autre et sortie du schéma traditionnel où l’on amène l’autre à soi

Dans le cas d’un couple, le réflexe fréquent est de vouloir amener l’autre à soi, à notre fonctionnement, à notre idée de la relation, à notre manière de faire les choses, un comportement qui enserre la relation dans un schéma et la prive d’air. Or l’amour a besoin d’espace et de liberté pour aimer. Et l’autre a besoin de se sentir compris dans sa différence pour être enclin à aimer.

Dans le cas d’un célibataire en quête de l’âme sœur, les réflexes sont souvent les mêmes : la personne célibataire a des critères précis qui l’empêchent malheureusement de se laisser surprendre par l’autre, d’être curieuse de la découvrir.

Par conséquent le travail du coach consiste à enjoindre le coaché à rentrer dans la connaissance de l’autre, toujours plus profondément, pour résoudre les conflits, mieux s’aimer, et, dans le cas d’une personne en situation de célibat, à questionner l’autre pour lui donner une possibilité de « se laisser surprendre » par une personnalité (et ne pas passer, ainsi, sempiternellement, à côté d’un amour possible).

  • Apprentissage sur la qualité du lien

Afin de permettre la réciprocité amoureuse, il est primordial d’entretenir la qualité du lien. Par conséquent, le maintien d’un canal émotionnel toujours ouvert, au cours de chaque rendez-vous ou chaque expérience partagée, est la meilleure garantie pour favoriser l’intensité du lien.

Le propre des relations de notre époque est que l’un ou l’autre est vite désillusionné, déçu. La seule clé pour faire face aux divergences d’évolution de l’un ou de l’autre au fil des années, est la connexion régulière entre les deux êtres.

Le travail du coach est de donner outils, idées concrètes pour permettre à cette connexion d’être maintenue dans le cadre de la relation de couple.

  • L’action, fondatrice du coaching

Le coaching relève de l’action.

Lorsque le coach accompagne une personne célibataire, il va la confronter au principe de réalité. Par exemple, si celle-ci est peu baignée dans un monde de célibataires, le coach identifiera avec elle les moyens pour favoriser les opportunités de rencontres. Le coach donnera des pistes, suggestions concrètes.

Lorsque le coach accompagne un couple, chaque séance se termine par l’établissement d’une feuille de route pour identifier, clairement, comment interagir avec son partenaire pour faire avancer le dialogue et favoriser la reconnexion émotionnelle.

Distinction entre psychothérapie et accompagnement amoureux

Notons que la psychothérapie se distingue de l’accompagnement amoureux en ce sens qu’elle favorise la connaissance de soi et l’introspection, alors que le second travaille sur les comportements et enjoint au passage à l’action en mettant l’accent sur les ressources (la capacité à favoriser les opportunités de rencontres par exemple pour une personne célibataire).

La psychothérapie favorise l’intellectualisation des rapports amoureux et ne prépare pas l’individu à être dans l’accueil de l’autre – il peut parfois se fermer à l’amour ou aux différences par trop de réflexions sur ses attentes.

Or, trouver l’amour ou se reconnecter à l’amour, c’est se laisser surprendre par l’amour. Et le coaching vise à en rendre capable un individu.

Ce que n’est pas un coach en relations amoureuses

Un coach n’est pas un psychologue, il n’est pas tourné sur le « pourquoi » il existe ce problème, mais comment faire avancer une situation.

Un coach n’a pas la fonction d’agence matrimoniale ou d’entremetteur. Il ne propose pas de rencontrer des personnes, mais donne des clés pour initier les rencontres et savoir reconnaître les personnes « saines ».

Un coach n’est pas un « conseiller sportif en séduction » : il n’accompagne personne en « sorties » dans des bars ou boîtes de nuit. Son lieu de travail à lui, c’est un cabinet classique pour des consultations en face à face.

Histoire du coaching amoureux en France et aux Etats-Unis

Les « love coach » sont apparus dans les années 2000 aux États-Unis, officiant le plus souvent à titre personnel.

Les américains ont une notion du service à la personne bien plus répandue qu’en France, et ce, sur de nombreux domaines.

En France, le coaching en relations amoureuses a été inventé par Florence Escaravage, fondatrice de Love Intelligence.

La société a créé une certification qui forme au métier de coach en relations amoureuses depuis 2007.

Les autres activités de Love Intelligence

Love intelligence propose 4 produits :

  • Une lov’thèque : donne accès à + de 1000 articles, guides, vidéos, cas résolus et tests
  • Du coaching amoureux par téléphone, échange de mails et en face à face

Dont des cours en ligne :

  • La Méthode-Florence : Trouver l’amour en 3 mois
  • Le programme Fantastic Couple : Sauver son couple

Pourquoi ce métier plait?

Le coaching amoureux est un métier peu encadré :

  • Qui pousse le charlatanisme et dénigre la profession
  • Un métier qui sans formation risque de créer des dégâts suite à de mauvais conseils
  • Un métier difficile qui nécessite une formation pour se préparer à l’exercer.

Pourtant, c’est un métier qui attire :

  • Une forte demande de nouveaux jobs qui créent du sens.
  • Une forte croissance de métier libéraux/indépendants en quête de liberté et la mode de l’entrepreneuriat