• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes

Quel avenir pour l’amour ?

Quel avenir pour l’amour ?

La crise sanitaire engendrée par le coronavirus a bouleversé nos façons de vivre, d’être ensemble et de faire société. Elle nous a permis de nous recentrer sur l’essentiel et nous a également révélé notre saine dépendance affective : nous avons besoin d’amour, de liens vrais, résultat de notre introspection menée par un grand nombre d’entre nous. Le confinement n’aura pas été un temps perdu puisqu’il nous a amenés à nous poser les bonnes questions concernant nos attentes, nos besoins et notre investissement dans nos relations. Depuis le 11 mai, nous continuons de vivre autrement, dans un monde qui prend du recul quant à sa façon de consommer. Nous observons les changements tous les jours au sein de Love Intelligence. Quel avenir cette remise en question réserve-t-elle à l’amour ?

Une prise de conscience tardive pour le climat….et pour l’amour ?

Depuis les années 1970, notre société a été amenée à modifier, progressivement, sa consommation dans une entreprise de réflexions autour de l’environnement et du climat dont la conclusion s’est imposée et a montré qu’il fallait s’y prendre autrement. Concernant l’amour, on peut tirer un parallèle avec le climat et nous nous retrouvons en 2020 à traverser une période de prise de conscience de relations qui ont tant et tant évolué qu’elles en ont perdu tout repère. Et une toute première prise de conscience émerge enfin sur la question des relations affectives.

Plus d’envie d’engagement

Enfin, un processus a été engagé où l’on observe une prise de distance quant à notre consommation de nos relations. La modernisation de nos relations engendre beaucoup d’isolement, de solitude et de relations toxiques blessantes, où hommes et femmes s’opposent… et l’Observatoire Love Intelligence voit une tendance s’inverser à travers une volonté d’engagement plus forte qu’avant.

Confinement propice au changement en amour.

Cela fait cinquante ans que nous progressons en nous éloignant peu à peu des attentes profondes de l’être humain de se connecter en vérité à autrui. Les attentes sur un féminin éternellement axé autour de la beauté, du physique et de la jeunesse touche ses limites dans une société en quête de sens. En apprenant à nous écarter de ces pressions cette année 2020, il nous reste encore du chemin à parcourir, mais l’on marche vers l’invention d’un modèle de couple sur un pied d’égalité au sein duquel l’animus (esprit) et l’anima (âme) de l’homme comme de la femme sont bien équilibrés. En respectant nos différences nous tendons à nous épanouir ensemble et même s’il nous reste encore beaucoup de travail à mener, le confinement s’est révélé propice au changement.

Un besoin d’intensité des échanges

Pour reprendre les mots d’Esther Perel, psychothérapeute, le confinement a accéléré nos relations : les mariages malheureux ont fini en divorce, les jeunes amoureux ont dû cohabiter au troisième rendez-vous et les célibataires ont réalisé qu’ils ne voulaient pas mourir seuls. Cette dernière catégorie de personne a été confrontée durement à la solitude et le confinement a eu un impact fort comme l’a démontré une étude menée par Meetic. En se rencontrant virtuellement, ils ont partagé plus de valeurs et de temps de vie, invitant l’autre à partager son intimité. Nous avons d’ailleurs beaucoup aidé Meetic à favoriser, sur leur plateforme, la création de liens plus authentiques. Lire aussi : Vidéos de Florence Escaravage pour meetic

On sait ce que l’on veut désormais en amour

Aujourd’hui, 63% des célibataires savent ce qu’ils veulent désormais pour leur relation : une histoire sérieuse où l’authenticité est préservée. Ils ont envie du vrai, cette vulnérabilité qui nous permet de renforcer nos liens.

Un lendemain optimiste

Ainsi, du point de vue de l’amour, le confinement a été avantageux en nous plongeant tous dans la même temporalité. En prenant le temps de partager nos moments de vie, de nous présenter de façon moins superficielle, nous avons accordé une plus grande place à la sincérité dans nos rapports à l’autre que nous nous devons de préserver et d’approfondir. Cette période a donc révélé notre besoin d’amour avec une nouvelle temporalité de nos échanges moins consumériste. Cela laisse penser d’ailleurs au retour de l’amour courtois développé par Boris Cyrulnik à travers son idée que la sexualité va redevenir romantique. Un avenir positif pour nos relations a donc été favorisé par le confinement qui semble nous avoir permis de renforcer nos connexions, indispensables à nos vies.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Votre avis, Votre situation
  • Votre e-mail n’est destiné qu’à Love Intelligence afin de vous envoyer éventuellement plus d’informations sur la problématique que vous décrivez

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé