• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes

Nos clients racontent leur coaching

23. Florence m’a aidée à faire face à la violence verbale de mon conjoint, Laurence, 52 ans.

On dit souvent que les mots font bien plus mal que les coups portés physiquement. En effet ils ont un impact psychologique non négligeable sur les personnes à l’encontre de qui l’agression verbale est dirigée. De plus en plus de femmes, mais aussi d’hommes, sont victimes de ces coups et blessures invisibles de la part de leur conjoint. Cela va sans dire, ce type de comportement doit être jugé avec intransigeance. Florence Escaravage et son équipe vous donnent quelques conseils pour comprendre la violence verbale de votre partenaire et pour savoir comment réagir face à une situation insoutenable. Mylène, 35 ans, a accepté de partager son expérience avec vous.

Au départ, tout allait bien

« J’ai rencontré Fabien en février 2009. Au début de notre relation nous nous entendions à merveille. Fabien était attention et prévenant avec moi. Je l’ai rapidement présenté à mes proches et réciproquement. Nous avons beaucoup voyagé tous les deux, nous passions le plus clair de notre temps ensemble. Néanmoins, nous avons d’un commun accord décidé de ne pas emménager tous les deux et de garder chacun notre appartement. Après deux ans de relation sans nuage, j’ai eu envie de franchir une nouvelle étape dans notre relation, et je lui ai proposé de m’installer chez lui –son appartement étant bien plus spacieux que le mien. Après avoir pris le temps de la réflexion (un mois), il a finalement approuvé ma proposition. Nous voilà donc en ménage. Les prémices de cette cohabitation ont été des plus agréables. Fabien m’a fait de la place dans ses placards et son armoire. Il a même accepté que je change un peu la décoration, c’est pour vous dire. Néanmoins, il faut croire que cette entente presque parfaite n’était pas faite pour durer puisque notre cohabitation a vite tourné au cauchemar.

« Je ne le reconnaissais plus. »

Au bout de quelques mois, nous avons commencé à connaitre quelques désaccords, rien de bien sérieux selon moi. Nous n’avions simplement pas les mêmes habitudes de vie, la même façon de gérer le quotidien. De plus fréquemment Fabien se mettait dans des colères noires pour un oui ou pour un non (une chaussette mal rangée, la vaisselle non faite…). J’avoue ne pas être une grande maniaque, mais tous ces détails me semblaient sans grande importance. Les accès de rage de Fabien devenaient de plus en plus violents et imprévisible ; j’ai fini par ne plus reconnaitre l’homme que j’avais face à moi… jusqu’au jour où lors d’un diner entre amis il a affirmé devant tout le monde que je n’étais qu’un « empotée, incapable de réussir un plat correctement ». J’ai été tellement surprise que je n’ai pas su lui répondre. Et ce silence m’a couté cher. En effet, la fois d’après il m’a dit sans prendre de gant que j’étais « idiote ». Et les insultes se sont faites de plus en cinglantes, et régulières. Que nous soyons dans le cadre de notre vie privée ou face à des inconnus, il me reprenait pour un oui ou par un non avec agressivité. Fabien n’a jamais levé la main sur moi, mais je pense que son attitude changeante et ses paroles acerbes m’ont peut-être davantage détruite que s’il m’avait physiquement blessée.

« J’ai perdu toute confiance en moi. »

Petit à petit, sans même m’en rendre compte, j’ai perdu toute estime de moi. Il a réussi à me diminuer physiquement (j’étais tellement angoissée que je ne mangeais presque plus et que j’ai perdu une dizaine de kilos), mais surtout psychiquement. Je n’étais plus que l’ombre de moi-même. J’en venais à ne plus oser faire quoique ce soit sans me demander au préalable quelle serait sa réaction. En parlant de cette situation de couple qui devenait insoutenable avec un ami (ami dont Fabien était jaloux, et qui me valait d’être affublée de tous les noms d’oiseaux à chaque fois que je le voyais), ce dernier a fini par me dire que je devais réagir et mettre fin à ce « HARCELEMENT MORAL ». Voilà, le mot était lâché, il s’agissait donc bien selon mon entourage d’une forme destructrice de harcèlement. En cherchant de l’aide sur la toile, je suis tombée par hasard sur le site de Love Intelligence.

« Les experts de Love Intelligence m’ont fait (re)prendre conscience de ma valeur » Florence Escaravage, sa fondatrice y donnait de précieux conseils sur la façon de faire face aux difficultés conjugales, dont la violence de son conjoint quelqu’en prenne la forme. Voici les articles que j’ai lus et qui m’ont aidée : « Mon conjoint est violent ! Que faire ? », « Mon homme a trop de pouvoir. » ou encore « La colère en couple : la gérer !." J’ai donc décidé d’aller encore plus loin dans ma démarche en entamant des séances régulières de coaching avec Florence elle-même. Elles m’ont fait beaucoup de bien et m’ont permis d’ouvrir enfin les yeux sur les solutiosn existantes face à cette situation intolérable. Je ne voulais pas mettre fin à mon couple. J’ai appris à trouver les réponses, les pistes d’actions, les postures sur des sujets précis tels que « comment me positionner ? », » Comment ne pas le braquer ? ». J’ai effectué un travail sur l’estime de soi, et ce de chez moi à l’aide des livrets (via les exercices de son étape 3). Florence m’a révélé que le cœur de l’estime de soi se travaille aisément (l’étape 3), j’ai donc fait ces exercices pour évoluer vers la prise de conscience de ma valeur et le caractère unique de ma personnalité. Je devais cesser de me dévaloriser et de laisser Fabien me piétiner, en lui montrant que je n’étais qu’une victime. En fait, le coaching m’a appris à ne plus me poser en victime mais actrice d’un nouveau bien être à travers de actions et postures de communication bien réfléchies. C’est en m’affirmant de nouveau que j’ai pu me faire respecter par Fabien. Ensuite, il se trouve que j’ai rencontré quelqu’un d’autre et le coaching n’y est pas pour rien. J’ai trouvé la force de mettre un terme à cette relation plus destructrice que bienfaitrice."

La violence, même verbale, n’est jamais banale. Il ne faut pas prendre les insultes ou les paroles désobligeantes à la légère. Dès que vous vous sentez attaqué(e) dans votre intégrité, dès que vous avez la sensation que l’autre vous manque de respect, réagissez ! Si vous pensez ne pas pouvoir faire face seule à votre problème n’hésitez pas à vous rendre sur le site de Love Intelligence et à solliciter l’aide de nos experts (par téléphone, par mail ou en les rencontrant).

Lire la suite de l’article
 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé