• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes

Nos clients racontent leur coaching

14. Je ne m’intéressais pas aux bonnes nanas, Grégory, 42 ans.

Avant le coaching, j’étais un mec qui enchainait les nanas. Certaines histoires avaient compté mais j’avais l’impression de ne jamais trouver celle avec qui me poser. En fait, je ne sortais qu’avec des nanas très belles, très sophistiquées, tout dans le paraître.

C’était celles qui me faisaient chavirer. Mais ça finissait toujours en disputes, elles avaient au final un côté superficiel qui à la longue me décevait. Pourtant, c’est ce qui m’attirait au début quand je les rencontrais.

Le coach m’a appris à faire émerger mes vrais besoins en amour. Il m’a fait extérioriser le type de femmes qui me plaisait vraiment. Le problème était que physiquement, elles ne correspondait pas à ces grandes gigues minces et fashion qui m’attiraient. J’ai d’abord été assez contrarié.

Mais plus je sortais, plus je changeais ma manière d’aborder les femmes. J’allais, dans la discussion, chercher autre chose chez elles. Je cherchais à savoir si elles avaient bien les points fondamentaux que le coach avait fait apparaître chez moi.

Avec le coach, nous nous avions aussi réalisé une « cartographie » de ma femme idéale. C’était intéressant de voir que par une étude personnelle, j’ai pu comprendre ce que je désirais en amour.

Au bout d’un moment, je me suis intéressé à des personnes différentes. Je suis un grand sportif, j’adore la nature, j’adore ma balader en extérieur. Je n’aime pas les artifices de notre société, les gens faux et je me ressource souvent à la campagne avec des gens vrais et sincères.

Le coach m’a fait prendre conscience de mon admiration pour les femmes naturelles, saines et sportives. Mais c’est marrant, parce que ces filles-là, j’en faisais mes copines avant et non mes petites copines. Je me suis alors rendu compte que de mes anciennes petites amies, aucune ne m’avait épanoui. En fait, je crois que je n’avais rien compris à l’amour.

J’ai donc décidé de changer mes lieux de sorties. Assez basiquement, je me suis dit qu’il fallait orienté mes sorties pour aller aussi à la rencontre de femmes adaptées à mes besoins amoureux. J’ai aussi du savoir résister aux avances d’une fille avec laquelle je savais pertinemment que ça ne durerait pas.

Le coach m’a aidé à comprendre que le genre de femmes que je recherchais allaient faire raisonner en moi des choses plus fortes car moins superficielles (par rapport aux histoires alambiquées que j’avais vécues ces dernières années). Après avoir mis la pédale douce sur les boîtes et restos branchés, et je me suis intéressé un peu plus à une fille que je cotoyais depuis 3 ans mais que je ne « voyais » pas comme une femme à part entière. Mais je me suis rendu compte qu’elle n’était pas prête à me considérer sérieusement. J’ai bataillé comme un âne, j’ai, sur les conseils du coach essayé de partagé des expériences sympas avec elle (sport notamment) et un jour, elle a cédé, après 3 mois !

Concrètement, pendant ces 3 mois, il a fallu travailler sur ma séduction. J’étais le vrai flambeur à la drague facile. Et cette fille, ça l’horripilait ! Le coach m’a fait travailler sur le potentiel amical et sympathique, sans trop être direct pour draguer. Les compliments, ok, tout en sous-entendus, les demandes implicites.

Je suis aujourd’hui en couple avec cette femme, un peu plus jeune que moi, avec qui je cours. Elle m’oxygène et me rend heureux. Je commence à penser à m’installer en couple car nous avons la même conception de la vie et de ses petits plaisirs !

Lire la suite de l’article
 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé