• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes

Cas coaching racontés par nos coachs

2. Ils ont tous deux été infidèles, Cyril et Amélie, 31 et 27 ans.

Elle a 27 ans, lui 31. Ils sont ensemble depuis 8 ans et n’ont jamais abordé le sujet de l’enfant. Ils viennent me voir lorsqu’ils décident de se séparer. J’ai en face de moi un couple qui respire l’harmonie, le respect, la tendresse et l’attention mutuelle.

Comprendre les vraies raisons de leur séparation

Mais chacun a trompé l’autre. C’est la raison de leur séparation. Ils sont dans une quête effrénée pour retrouver la flamme et le pouvoir de séduction des débuts de leur relation. Cyril a avoué il y a 6 mois son incartade à Amélie. Amélie avoue alors une récente infidélité. Ils traversent une période étrange et quelques mois plus tard, ils font ensemble le constat qu’ils ont besoin de vivre leur amour avec plus de passion. Vu que ce n’est plus possible au sein de leur couple, ils préfèrent se séparer pour rechercher chacun de son côté cet état amoureux. Ils se disent qu’ils ne s’aiment plus comme avant.

Pourtant, leur amour me saute aux yeux. Ils ne savent pas que ce qu’ils éprouvent est de l’amour. Mais c’est un amour construit qui a un autre visage que l’état amoureux palpitant des premières amours.

Je les écoute et me dis qu’il faut qu’ils comprennent que la phase qu’ils traversent n’est qu’une phase de transition. Je sens bien que Cyril n’est pas si prêt que cela à tout quitter. Mais Amélie est très « fleur bleue » et rêve de l’amour avec un grand A. Définir l’objectif du coaching et prendre LA décision

Ils viennent me consulter car ils veulent ne pas avoir de regrets. Ils veulent être sûrs de prendre la bonne décision. Ils veulent comprendre ce qu’est l’amour. Voilà l’objectif défini du coaching.

Lors de notre deuxième entretien, je leur fais comprendre qu’ils pourraient être au tout début d’une histoire qu’ils ont à écrire, à construire. Nous arrivons à la solution, me semble-t-il, la meilleure pour eux. Ils décident de se séparer durant 10 semaines, pendant lesquelles ils seront tout à fait libres. Ils ont pris cette décision eux-mêmes suite à nos échanges. Je les revois séparément une fois pendant cette période et nous nous revoyons ensemble à la fin de ces 10 semaines.

Trouver le bon équilibre entre l’individu et le couple

Comme eux, de nombreux couples se séparent pour retrouver une liberté. Ils cherchent leur épanouissement personnel, et si le couple ne leur permet plus de briller et de se rassurer à leur façon, ils se séparent. C’est ainsi que beaucoup de personnes désireuses de séduire, de retrouver les attentions, les regards sur eux, se retrouvent dans cette logique individualiste.

Cette poursuite éperdue du bonheur est en fait l’impasse d’une obsession narcissique avec un besoin d’être valorisé, regardé et aimé. Les individus constituant ces couples en péril rêvent de construire leur vie, d’être eux-mêmes maîtres de leur destin. Ils ont en réalité soif de reconnaissance. Ils détruisent ce qui peut leur apporter la véritable confiance en eux, dans la construction saine et patiente d’un couple sur la durée. Ils détruisent pour reconstruire des relations éphémères qui ne répondent qu’à leur soif de plaire.

Les couples d’aujourd’hui ont perdu la notion de travail d’équipe, l’amour n’est pas le seul ciment d’un couple. Ce doivent être aussi les objectifs communs réalisés dans le respect de chacun. Des hauts et des bas. Des périodes de crise dont on ressort plus soudés, plus fort, et qui signent la longévité de la relation.

Gérer ces 10 semaines de liberté…

  • Amélie est sortie tous les soirs. Elle s’est fait courtiser et est sortie avec un loustic avec qui elle s’est bien amusée. Puis elle a trouvé qu’il lui avait manqué de respect et l’a quitté.
  • Cyril est aussi pas mal sorti et a rencontré des filles. Il s’est aussi amusé sur des sites de rencontres. Puis il a s’est lancé dans une vraie histoire. La fille est tombée amoureuse de lui. Il n’est pas insensible à son charme. Il resterait avec elle s’il était « vraiment seul » (pour reprendre ses termes). Mais il la compare sans cesse à Amélie et cela renforce néanmoins son amour pour Amélie.
  • Amélie l’a su et a pris peur. Je suis sûre d’une chose : elle avait besoin de ressentir la peur de perdre son Cyril. C’est pourquoi cette séparation allait forcément mettre à nouveau leur amour en lumière. Aucune conquête ne faisait le poids par rapport à la qualité du lien qu’ils avaient construit. Mais ils devaient se rendre compte par eux même qu’éprouver à nouveau cette intensité du désir pour un autre homme ou pour une autre femme ne valait pas forcément autant que ce qu’ils imaginaient.
  • Cyril, lui, n’a jamais vraiment douté de son amour pour Amélie. Il me demande s’il faut qu’il sorte le grand jeu pour re-séduire Amélie. A bien cerner la psychologie amoureuse d’Amélie, je suis convaincue du contraire.

Tirer les conséquences d’une séparation temporaire

Néanmoins, en coaching, le principe consiste à amener son client à comprendre par lui-même les tenants et aboutissants d’une situation donnée. Cyril se rend compte au fil de nos échanges qu’il ne serait pas bon de jouer « le grand sauveur de leur relation ». Il comprend qu’il faut laisser Amélie revenir à lui. Je l’aide à comprendre qu’elle a besoin d’éprouver, à nouveau, le désir de le revoir. Seul donc le respect de la distance qu’ils s’étaient imposée pouvait le rendre possible.

Qu’ils aient chacun voulu être très libres de leur vie sexuelle a, dans leur couple, contribué à remettre les pendules à l’heure pour chacun. Indéniablement, cela a un peu « abîmé » leurs liens car la confiance a été touchée. Mais ces liens étant distendus, il fallait un moyen pour retrouver la tension du couple. Ces infidélités et cette distance leur ont permis à tous les deux de retrouver cette tension nécessaire au désir. Chacun, dans cette situation, est allé retrouver, en soi, ses désirs profonds. Et chacun y a trouvé, comme une évidence, son amour pour l’un ou l’autre.

Une nouvelle page d’amour

Ont-ils eu de la chance ? L’un d’eux aurait-il pu rencontrer LE coup de cœur qui l’aurait éloigné de l’autre définitivement ? Possible. Mais il me semble qu’ils n’étaient pas prêts à cela. Ils n’avaient pas compris ce qu’était l’amour. Ils avaient confondu état amoureux et amour avec un grand A. Ils allaient enfin pourvoir ouvrir la page d’un amour construit et en découvrir les joies. Ils étaient enfin prêts à accepter que l’amour avec un grand A est plus profond mais n’a ni les paillettes ni l’effervescence de l’état amoureux.

L’histoire se termine bien. Lors de notre rendez-vous après ces quelques semaines, la discussion est houleuse mais les choses sortent : « infidélité », « ils se sont fait du mal » « mais amour profond de l’un et l’autre ». Ils décident de vivre à nouveau sous le même toit, sans se toucher pendant quelques semaines, volontairement. Je les vois ensuite une dernière fois et nous abordons cette fois-ci le projet amoureux du couple.

Le projet amoureux est au cœur du travail du coaching. Je leur indique qu’il faut qu’ils parlent de projets pour faire repartir leur couple sur un objectif commun dans lequel chacun s’investit. Tout est mis en vrac sur la table : voyage, déménagement, premier enfant… et voilà leur projet de couple dessiné ! Ils ont bâti ce jour-là une vision commune pour leur couple. Ce qui a, aussi, pour objectif de les aider à tenir la barre pour les jours où le couple traverserait à nouveau la tempête.

Florence E.

Lire la suite de l’article
 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé