• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes
  • Lov'thèque
    fin-menu
  • Conseils Personnalisés

    Une équipe de conseillers
    certifiés Love Intelligence®

    Un accompagnement en conseils
    clairs et concrets depuis 10 ans

    Notre longue réponse à votre
    description de situation
    Équipe Love Intelligence
  • 5 Déclics pour
    SORTIR DU CÉLIBAT
    La méthode Florence

    Trouver l'amour est une question de déclics sur soi


    Redevenez maître d'une vie amoureuse épanouie.

    La Méthode Florence vous aide à provoquer les déclics que vous n'aviez pas encore réveillés.

    Confiance
    12500 PERSONNES
    qui nous ont fait confiance
    Confiance
    8 PERSONNES SUR 10
    débutent une relation sérieuse
    dans les 4 mois
    Je découvre la Méthode et reçois le détail par mail
  • Heureux à deux
    JE RENFORCE MON COUPLE
    New couple

    Vous-voulez redécouvrir et renforcer votre relation ?


    Lovers Letter

    DÉCOUVREZ LA LOVERS LETTERS :

    15 min par semaine pour que l'amour grandisse avec le temps, et non l'inverse.

    Laissez vous surprendre par votre couple !

    E-mail
    COMMENT ÇA MARCHE ?

Sommes-nous plus heureux après un divorce ?

D’après les données de l’INSEE, le ministère de la Justice a dénombré 17 000 ruptures de Pacs et 130 000 divorces en 2009. Le nombre de divorce est en constante hausse depuis les années 1970. Mais vit-on mieux après un divorce ? Les personnes divorcées sont-elles plus heureuses après leur rupture ? Eléments de réponse avec Love Intelligence®.

Le niveau de vie des femmes baisse après leur divorce quand celui des hommes augmente

Rompre une union a des effets non négligeables sur le niveau de vie. Après un divorce ou une rupture de Pacs, le niveau de vie des femmes baisse : il est de - 14,5% en moyenne entre 2008 (où elles vivaient en couple) et 2010 (où elles vivent sans conjoint). Ce niveau de vie aurait pu augmenter de 5,5% si elles étaient restées en couple. Pour les hommes vivant sans conjointe en 2010, le niveau de vie après rupture est plus élevé en moyenne qu’avant (+ 3,5%), mais cette hausse reste moins élevée que s’ils étaient restés en couple (+ 6,5%). Hommes comme femmes perdent donc financièrement à se séparer même si les femmes restent les plus touchées. Pour résumer, la perte de niveau de vie directement liée à la rupture est de l’ordre de 20% pour les femmes et de 3% pour les hommes. Les hommes sont deux fois moins nombreux que les femmes à subir une chute considérable de leur niveau de vie. Les femmes voient leur niveau de vie diminué car elles ne travaillent pas toujours, car leurs ex-conjoints ne paient pas leur pension alimentaire ou parce qu’elles quittent plus fréquemment que le mari leur ancien domicile.

Le niveau de vie dépend de la spécialisation entre travail domestique et travail professionnel

Ces chiffres sont particulièrement variables par rapport à la part qu’apportait chaque conjoint dans les revenus du couple. Le niveau de vie après le divorce serait lié en partie au rapport entre travail domestique et travail professionnel rémunéré. Les femmes qui apportaient peu de ressources au ménage (moins de 40%) durant leur vie maritale sont celles qui perdent le plus au niveau de leur qualité de vie (26,5%) tandis que celles qui gagnaient plus que leur conjoint gagnent légèrement en niveau de vie (+ 1% en moyenne).

Les pensions alimentaires versées par les pères de famille limitent les pertes financières des mères de famille

Les variations de niveau de vie des mères dépendent assez peu du nombre d’enfants à charge avant la rupture, contrairement à celles des pères. Les prestations sociales et surtout les pensions alimentaires sont souvent versées par les pères, ce qui limite les pertes que connaissent les mères de familles nombreuses.

Les femmes divorcent pour s’émanciper

Le sociologue François de Singly, auteur du livre Séparée, revient sur un nouveau type de rupture : le divorce par développement personnel. « Depuis quelques temps, on assiste à l’expansion d’un autre type de divorce : celui par développement personnel. Si les femmes se séparent aujourd’hui, ce n’est plus seulement pour échapper à un étouffement. C’est aussi pour se développer, se retrouver. » Selon lui, le couple devient une étape de construction de soi pour ces femmes et le divorce devient une occasion de reconquête de soi et d’émancipation. Retrouvez notre article qui explique pourquoi les femmes demandent plus souvent le divorce que les hommes.

Le travail et les liens sociaux sont indispensables à la réintégration des divorcés

Le travail est le premier levier de la réintégration pour les femmes divorcées. Elles ont absolument besoin de travailler pour subvenir à leurs besoins. Les liens sociaux sont eux aussi déterminants. Mais il faut indiquer que les amis se font plus rares dans les milieux sociaux les moins favorisés. 49% des non-diplômes divorcés déclarent n’avoir aucun ami (contre 9% chez ceux dont le niveau d’études est supérieur au baccalauréat). Une rupture conjugale va également resserrer les liens familiaux. Mais, là aussi, ce sont les plus défavorisés qui reçoivent le moins d’aides financières ou psychologiques.

4 futurs possibles pour les divorcés

Il existe 4 grands types de divorcés : les isolés, les indépendants, les recomposés et les associés.

Les isolés

Les isolés sont ceux qui s’enfoncent tristement dans la solitude voire dans l’exclusion. Ils n’ont pas ou peu d’amis, pas ou peu de relations avec leur famille. « Dans 46% des cas, la séparation entraîne une rupture des réseaux sociaux (copains, relations) sans nouvelle construction, constate Claude Martin, directeur de recherche au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), qui a mené deux enquêtes, à trois ans d’intervalle, sur le devenir des divorcés. La personne ressent très fortement un sentiment de confinement, de solitude, même si elle voit très souvent sa propre famille. » Il s’agit d’une question d’âge : après une rupture, seulement 6% des femmes âgées de 21 à 25 ans sont seules, contre 18% de celles qui ont entre 40 et 44 ans.

Les indépendants

Les indépendants sont ceux qui découvrent une nouvelle autonomie. Ils décident de s’émanciper et de voler de leurs propres ailes. Ce sont les personnes qui ont réussi à trouver la voie la plus épanouie de l’autonomie. Elles sont indépendantes. Cette voie accueille une majorité de divorcés qui se retrouvent à la frontière entre bonheur d’une liberté retrouvée et peur de la solitude. Ces autonomes apprécient leur émancipation. Même si le divorce les a appauvris, ils ont le sentiment d’être plus riches, parce qu’ils contrôlent mieux leurs finances. Mais ils ont évidemment des craintes pour l’avenir des enfants, ils ont peur de vieillir seuls. Ces indépendants font partie des 1,2 million de familles monoparentales dans laquelle on trouve 86% de femmes. Pour retrouver l’amour en moins de 3 mois après un divorce, faîtes confiance à la Méthode Florence, une méthode rapide et efficace qui a déjà séduit plus de 10 000 célibataires.

Les recomposés

Les recomposés sont une catégorie qui est apparue dans les années 80 et qui est aujourd’hui en pleine expansion. Ce sont les personnes qui après avoir divorcé, décident de se remarier et/ou de fonder une nouvelle famille. Elles inventent des familles inédites, construites avec des pièces rapportées. Chez les moins de 30 ans, 50% des divorcés ont reformé une famille dans les trois ans qui ont suivi alors que ce chiffre tombe à moins de 5% chez les plus de 45 ans. Après une rupture, seulement 6% des femmes âgées de 21 à 25 ans sont seules, contre 18% de celles qui ont entre 40 et 44 ans. Les familles recomposées se font parfois avec une maîtresse ou un amant datant d’avant le divorce ou parfois après des années de monoparentalité. Ces multitudes de parents, de beaux-parents et d’enfants naviguant d’un foyer à l’autre, avec des demi-frères et sœurs ne cessent de se multiplier. On compte aujourd’hui plus de 700 000 de ces foyers recomposés.

Les associés

Les associés sont les personnes qui, après un divorce, se remettent en couple « libre ». Elles font un mix entre union libre et célibat. Entre ces deux maux, certains n’ont pas voulu choisir. On les appelle les CNC « couple non cohabitant ». Ils vivent un peu l’amour sans la routine, une formule idéale pour ces personnes. Cette catégorie est surtout fréquente dans les catégories les plus aisées (cadres et professions intellectuelles supérieures) sans doute parce que ce type de relation nécessite l’entretien de deux logements et donc de plus de moyens financiers. Ces personnes cherchent à concilier le désir d’être toujours avec la personne qu’elles aiment et celui de se sentir libre, autonome, comme l’impose l’air du temps.

Il n’y a pas de formule magique : si vous décidez de divorcer c’est que votre couple va mal. Comme dit le proverbe, « on sait ce qu’on perd mais on ne sait pas ce qu’on gagne ».

Pour être un vrai couple et gagner en communication, complicité et maturité, découvrez Fantastic Couple, le premier guide ludique et apprenant pour les couples d’aujourd’hui. Évitez le divorce grâce à ce service 100% pensé pour les couples qui ont besoin de se reconnecter.


Votre avis, Votre situation
  • Votre e-mail n’est destiné qu’à Love Intelligence afin de vous envoyer éventuellement plus d’informations sur la problématique que vous décrivez

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

L’email et autres informations que vous nous transmettez sont, UNIQUEMENT, destinées à Love Intelligence®. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant (loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée).
Pour toute demande, adressez-vous à contact@love-intelligence.fr

 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé