• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes

La vulnérabilité libère toutes les particules de votre séduction

Est-on condamné à être vulnérable en amour ? Où bien la vulnérabilité est une ressource-clé de la vie amoureuse ?

Si vous suivez régulièrement les publications de Love Intelligence, vous avez sans doute rencontré, dans nos articles, les expressions « sensibilité », « connexion intime », « canal émotionnel », « s’ouvrir à l’autre », « se révéler ». Ces idées se trouvent toujours présentées par nos experts comme des conditions de l’amour ; comme ce sans quoi l’amour ne saurait voir le jour.

Qu’est-ce que la vulnérabilité ? La théorie de Brené Brown, la pratique de Love Intelligence

Mais qu’est-ce que cela veut dire exactement ? Nous avons choisi, dans cet article, d’aborder les choses sous l’angle de la vulnérabilité ; en lien avec les travaux d’une chercheuse et conférencière désormais bien connue, Brené Brown. Ses dernières publications nous ont intéressés et amusés au plus haut point. Résultat de douze années de travail, elles ont le grand mérite de donner aux questions affectives une crédibilité scientifique et une diffusion à large échelle. Toutefois ses conclusions sont loin d’être étonnantes pour nous qui, depuis le même nombre d’années, apprenons à nos clients à les pratiquer.

Amour et vulnérabilité vont toujours de pair

Ces conclusions sont que, pour bien vivre mais surtout pour bien aimer, il faut embrasser la vulnérabilité. L’amour ne peut pas exister sans vulnérabilité. Aimer et être aimé requiert non seulement qu’on reconnaisse une certaine dose de vulnérabilité, mais qu’on l’assume pleinement, qu’on l’embrasse et qu’on l’utilise comme base pour nourrir la relation de couple. Voici la manière dont Brené Brown exprime cette même conviction : « Cultiver l’amour, c’est laisser voir […] en profondeur son être propre, dans toute sa force et sa vulnérabilité ». Lors de ses accompagnements de personnes divorcées ou célibataires, sur le chemin de l’amour, Florence explique souvent que le vrai déclic, celui qui amène une personne à se voir franchir le cap des relations décevantes (ou du désert des bonnes rencontres) à la rencontre qui compte où 2e rdv est engageant, le 1er week-end passé ensemble très prometteur, …c’est toujours parce que la personne franchit un cap, celui du courage d’être vulnérable. Il n’y a pas d’état amoureux réciproque sans cela nous explique Florence Escaravage.

La vulnérabilité n’est pas un défaut, mais un fait

Qu’est-ce que la vulnérabilité ? Brené Brown la définit comme « l’incertitude, la prise de risque, l’ouverture émotionnelle » (p. 44). Ce n’est donc pas un défaut, comme on le croit le plus souvent à tort, mais un FAIT. La vulnérabilité n’est pas une faiblesse rappelle toujours Florence en coaching, c’est une force qu’oser dire ce que l’on est en vérité, pour être aimée telle que l’on est ; Mais l’on a pas de choix répète sempiternellement Florence, sinon, on ne peut susciter l’amour. Se livrer peu, c’est se vouer aux relations courtes, peu nourries, peu riches d’échanges, donc forcément décevantes. Dès lors qu’on éprouve des émotions (et tout être humain en éprouve, en dépit de la force de ses défenses !) on est vulnérable. Et si on ne les libère pas, on se laisse simplement admirer (et on peut confondre cela avec de l’amour au début), mais ces relations ne tiennent jamais longtemps nous confie Florence Escaravage.

Lire la suite de l’article :

Lire la suite de l’article

Votre avis, Votre situation
  • Votre e-mail n’est destiné qu’à Love Intelligence afin de vous envoyer éventuellement plus d’informations sur la problématique que vous décrivez

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé