• Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes

En amour, je n’ai que de mauvaises souvenirs.

Mélanie a un passé, comme tout le monde. Seulement dans son cas, ce passé vient totalement embrumer sa vie présente. Un voile de tristesse s’abat sur elle depuis des années et elle n’arrive pas à s’en débarrasser. Mélanie suit actuellement la Méthode Florence et elle est un peu désemparée face à un exercice ; elle a du mal à se remémorer de bons souvenirs. Si je l’écoute, elle n’a que de souvenirs tristes. Elle me dit trouver des moments qui l’ont rendu fière mais pas de souvenirs positifs. Aujourd’hui elle se demande si cela va l’empêcher de trouver l’amour, de faire une vraie rencontre prometteuse.

Voici ce que j’ai pu dire à Mélanie :

Mélanie semble dire qu’elle bloque sur un exercice de la Méthode Florence car elle n’a pas vraiment de souvenirs heureux sans qu’ils soient emprunts de tristesse. Mais si j’en crois ce qu’elle m’a dit, elle se sent (ou s’est sentie) fière de certaines choses qu’elle a entreprises. La fierté est bien un sentiment positif. Je conseille à Mélanie de prendre la question sous cet angle-là si le mot « bonheur/heureux » la bloque. L’important, c’est aussi de comprendre pourquoi, aujourd’hui, elle ne parvient pas à dégager de moments agréables de son passé. Cette « tonalité de tristesse » comme elle l’appelle, est-elle toujours présente dans son quotidien actuel ? La question de la méthode où en est Mélanie a pour but plus profond de lui apprendre à se connaitre, à comprendre ce qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui, et la conduire à voir son vécu de façon constructive, donc positive. Dans une situation malheureuse du passé, on peut trouver du positif pour son présent. « Cela m’a forgé et m’a permis de me remettre en question, je préfère prendre cet évènement comme une étape de ma vie que comme une fatalité. Et j’ai franchi cette étape. » On peut aussi trouver des détails heureux, dans une situation globale qui étaient plutôt malheureuse. Par exemple « Je me souviens qu’étant petite ma mère ne passait pas de temps avec moi. Un jour elle m’a proposé d’aller au parc toutes les deux, pour manger une glace. Je me suis sentie importante et aimée, j’avais le sourire jusqu’aux oreilles d’impatience. Je sais qu’aujourd’hui je veux apporter cette même joie à mes proches et passer du temps avec eux. » Ce souvenir peut avoir une dimension de souffrance, mais Mélanie peut décider de le voir autrement, d’une façon qui la fera avancer et lui permettra d’influer une énergie positive en elle et autour d’elle.

J’explique alors à Mélanie que voir les choses de façon positive est un véritable travail sur soi, libérateur et épanouissant, et qu’il est tout à fait à sa portée ! Une rencontre de qualité s’effectue dans l’authenticité des deux personnes. Si elle est vraie, cela viendra toucher l’autre, et ainsi ils pourront être dans un véritable partage, profond et sincère. C’est pour cela que les évolutions qu’elle veut voir apparaître en elle sont avant tout pour elle-même.

Nous avons tous fait de mauvaises expériences, au moins une fois. Et si nous ne parvenons pas à trouver une once de positif dans les faits concrets, alors nous pouvons tout de même dire que ces expériences nous ont fait grandir et évoluer ; elles nous ont toutes plus ou moins construites.


Votre avis, Votre situation
  • Votre e-mail n’est destiné qu’à Love Intelligence afin de vous envoyer éventuellement plus d’informations sur la problématique que vous décrivez

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé