10 années d'expérience
2007 - 2017
  • Pour nous, les femmes
  • Pour nous, les hommes

Amour et alcoolisme, comment s’en sortir ?

J’aime un alcoolique

JPEG - 38.4 ko
Couple touché par l’alcoolisme
Des solutions pour se sortir de l’alcoolisme

C’est la goutte d’alcool qui fait déborder le verre. Votre partenaire boit tous les soirs (s’il/elle n’a pas déjà commencé en journée) pour « se détendre », mais quand il/elle commence c’est pour ne plus s’arrêter. Les soirées se finissent toujours pareillement mal : il/elle a l’alcool méchant et ses comportements deviennent excessifs. Depuis bien trop longtemps il/elle a troqué ses petites attentions pour vous contre une bouteille de mauvais vin. Incapable de vivre sans son ivresse quotidienne, il/elle a fait de votre vie un enfer ; celui d’un(e) partenaire d’alcoolique. La honte de celui qui boit peut se propager à son conjoint véritablement impuissant et désemparé. Comment faut-il réagir à cette situation ?

L’alcoolisme, une forme d’addiction :

Les Français évoluent d’une consommation d’accompagnement de repas vers une consommation de loisirs. L’alcool est un facteur de convivialité, c’est un rituel sociologique de la fête, il a un rôle initiatique dans le statut d’homme et favorise l’intégration et la sociabilité dans « le bistro » après le travail. Vu comme ça, on ne se doute pas que l’alcoolisme touche de 2 à 5% de la population française, qu’il figure au 3e rang des causes de décès et qu’il réduit de façon considérable l’espérance de vie.

On parle d’alcoolisme lorsque l’individu a perdu la liberté de s’abstenir de boire. Il s’agit donc bien d’une addiction qui dépasse le simple usage : la personne est soit dans l’abus d’alcool (elle consomme trop) soit dans la dépendance : elle ne peut s’abstenir de consommer, elle est dépendante physiquement et psychiquement. L’OMS définit l’alcoolisme comme une dépendance associant les phénomènes d’addiction, d’habituation et une compulsion. C’est un trouble mental et comportemental lié à l’alcool.

L’alcoolisme se caractérise par une perte de contrôle qui s’accompagne généralement d’une dépendance physique caractérisée par un syndrome de sevrage à l’arrêt de la consommation, une dépendance psychique, ainsi qu’une tolérance, c’est-à-dire la nécessité d’augmenter les doses pour obtenir le même effet.

Un buveur excessif consomme des quantités exagérées d’alcool, mais il n’est pas forcément dépendant, contrairement à l’alcoolique. Ce dernier a une pathologie, une addiction et va présenter des manifestations affectant sa santé physique et mentale, sa relation à autrui et son comportement social et économique. Le corps est habitué à la prise d’alcool et les conséquences du manque d’alcool sont plus liées à la déshydratation qu’au manque en lui-même.

Lire la suite de l’article :

  1. L’alcoolisme, une forme d’addiction:
  2. Une grande souffrance pour le couple
  3. Les causes de l’alcoolisme
  4. Tout le monde souffre
  5. Pensez à vous avant de penser à votre couple
  6. Ne tombez pas dans « le syndrome de l’infirmière »
  7. A qui le dire, à qui se confier ?
  8. Comment prendre le problème au sérieux et lui donner envie de se soigner ?
  9. Les 3 sources de soutien

Lire la suite de l’article

Votre avis, Votre situation
  • Votre e-mail n’est destiné qu’à Love Intelligence afin de vous envoyer éventuellement plus d’informations sur la problématique que vous décrivez

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
| Suivre la vie du site paiement sécurisé